Jeudi dernier, on a passé notre soirée dans la petite salle de la Laiterie. À l’affiche : Her pour la première partie et Las Aves pour le main act, deux groupes qu’on aime beaucoup et dont on vous a déjà parlé sur elityst. Un tel programme suscite forcément beaucoup d’attentes, des attentes que les deux groupes ont plus que comblé durant deux shows mémorables.

La soirée a débuté en douceur avec Her : dès le premier morceau, le groupe impressionne par ses deux voix puissantes qui sonnent sans fausse note. La salle se chauffe dès les premiers instants et les mélodies plus rythmées qui arrivent ensuite continuent de faire monter la température. Classes et millimétrés, les morceaux sont à l’image des membres de la formation qui sont en costume sur scène. Les titres s’enchaînent et le rythme du set d’une cinquantaine de minutes varie mais ne connait pas de temps mort jusqu’à une fin en apothéose avec le fabuleux Five Minutes.

Plus qu’une première partie, ce premier show complet aurait très bien pu nous être servi comme l’événement principal de la soirée sans qu’on soit déçu. D’ailleurs le public a répondu très positivement à la prestation de Her, une jolie performance quand on sait qu’il est parfois difficile de satisfaire un public majoritairement venu pour la tête d’affiche.

Après une courte pause, il est temps pour Las Aves d’entrer sur scène. Tout de blanc vêtus, avec pour la chanteuse un hoodie oversized totalement dans la mouvance osef de leur génération, le groupe ou plutôt le “gang du futur” comme ils se définissent eux-même annonce la couleur dès sont arrivée sur le morceau Gasoline.

Dès les premières secondes, le gang affiche son côté punk et électrise la foule avec son énergie débordante. Sans décors mais une grosse présence scénique pour faire monter l’ambiance, les quatre membres du groupe s’éclatent et ça se voit. Ce concert est aussi l’occasion de constater que leurs titres sont taillés pour le live : ils donnent simplement envie de bouger même à ceux qui découvrent les morceaux pour la première fois.

Rien à redire pour le rythme, le choix et l’ordre des chansons est cohérent et permet de chauffer progressivement le public jusqu’au final où l’on a pris une jolie claque autant visuelle que sonore.

Pour conclure, c’est la seconde fois qu’on voit Las Aves en live cette année et c’est la seconde fois qu’on en ressort ravi. Voilà pourquoi plus que jamais si vous avez l’occasion de les voir en live vous seriez bête de vous en priver.



Crédits photo : Florian Duboé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A Propos de Lucas Legname