Il était temps ! Enfin cette année j’ai fait le Hellfest ! Une fois la voiture chargée pour quatre jours de camping, c’est parti pour traverser la France dans le sens de la largeur : direction Clisson. Voici un compte rendu de mon périple au pays du hard rock.

Le lieu

Plus qu’un festival, le Hellfest c’est une ville et même un véritable parc d’attraction pour métalleux. Une installation dingue avec des habillages magnifiques et des sculptures impressionnantes. Un gros coup de cœur pour la WarZone, la scène punk du festival entourée de murs de prison et surplombée par la statue de Lemmy. Et toutes ces installations sont sublimées la nuit tombée par des jeux de lumières et des effets pyrotechniques superbes. On en prend plein les yeux !

#hellfest #clisson #nantes

Une publication partagée par Marine Waldorf Davis (@marine_waldorf) le


L’ambiance

Une des principales raisons pour laquelle je voulais faire ce festival c’est son public. Malgré la vision extérieure qu’on se fait des métalleux, ce sont de vrais bisounours et particulièrement quand ils sont dans leur milieu naturel. Une liberté de look total, sans jugement et la possibilité de rigoler avec n’importe qui, que se soit 10 secondes avec des barbues déguisés en cheerleader ou le temps d’une bière.

Gueules d’enfer #hellfest2017 #music #festival #deguisement #pelerinage

Une publication partagée par Caroline d’Avout (@miskarito) le


La bouffe

Une belle surprise sur ce point qui n’est pas toujours au rendez-vous lors des festivals. L’équipe du Hellfest attache une grande importance à la qualité et à la variété des stands proposés. Un vrai Street Bouche Festival au coeur de l’enfer qui du plat végan à la grosse barbac, tout le monde y trouve son compte.


La musique

Car même si tous les points cités ci-dessus suffisent à mon bonheur, c’est bien la musique le cœur du sujet. Le métal a bercé mon adolescence mais je m’en était pas mal éloigné ces dernières années n’en écoutant qu’occasionnellement. Le Hellfest m’a permis de redécouvrir les sonorités, des groupes et surtout des bêtes de scène. En effet, pour durer il faut assurer le show et satisfaire ce public habitué des concerts.

Commençons par les têtes d’affiche qui ont ravis les plus nostalgiques d’entre-nous avec Deep Purple et Aerosmith les papys du hardrock qui ont assuré le show ! Les sonorités psychédéliques de Deep Purple nous ont emporté et le spectacle d’Aerosmith nous a réellement impressionné.

Pour Linkin Park par contre c’est autre chose, c’est pourtant l’un des groupes qui me parlent le plus même si comme beaucoup j’étais étonné de les voir tête d’affiche car le groupe s’est éloigné du métal depuis quelques albums. Résultat : un concert très pop sur lequel même les classiques comme Meteora ont été réarrangés pour coller au dernier album (cohérent mais maladroit). Un concert que beaucoup de monde a vécu, partagé entre déception et plaisir nostalgique.

Mais qu’est-ce qu’une déception à côté des 160 groupes qui se sont relayés durant les 3 jours du festival. Le show est remonté d’un cran et s’est magnifiquement conclu avec Slayer, on a transpiré comme jamais sur la scène du Valley Stage avec le stoner de Red Fang, j’ai découvert le groupe Textures qui nous a fait de beaux adieux pour leur dernier Hellfest et l’un de leur derniers concerts. On s’est éclaté avec Ultra Vomit entre bravehearts (team pipi !!), chenilles, circle peats et slams. On a adoré le supergroupe Prophets of Rage qui a apporté un brin de hip-hop dans ce monde de brutes !


Et pour finir ma découverte musicale de cette édition 2017 : Frank Carter and The Rattlesnakes, un groupe dont l’énergie folle a fait vibrer la WarZone et que j’écoute en boucle depuis mon retour.


Un premier Hellfest des plus magistrals pour moi et sûrement pas le dernier ! Une belle façon de me remettre dans le bain du hard rock avec délice et je compte bien renouveler l’expérience rapidement. Ne vous inquiétez-pas, on vous en fera profiter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A Propos de ArnoSr