Comme nous le rappelle inconsciemment le passage à l’heure d’hiver : le froid, la pluie et les nez qui coulent ne vont pas tarder à nous rattraper tandis que les plaids, les raclettes et le thé bien chaud seront là pour nous réconforter durant cette période d’hibernation. Mais quoi de mieux pour passer vos soirées qu’une bonne série et de la musique ?

Produit original de Netflix, The Get Down est une série qui nous projette à la fin des années 70 dans les quartiers du South Bronx. Tout en évoquant le quotidien des familles à New York, elle nous fait découvrir la naissance du hip-hop durant une des périodes les plus difficiles de la ville.


L’histoire suit une bande de potes, qui par l’intermédiaire du mythique Shaolin Fantastic, découvre un univers guidé par les platines, les DJ et les flows de emcees. Le hip-hop, mouvement marginal et incompris, va alors remplir leur quotidien et les obliger à se mesurer à d’autres crews pour imposer leur musique. Un résumé assez bref, mais ne vous inquiétez pas : des histoires d’amour, de drogue et de politique viendront étoffer l’histoire.

Une chose est certaine, cette série gravera sa bande originale dans votre mémoire. Vous vous surprendrez à fredonner certains titres accrocheurs les rares fois où vous ne serez pas devant votre écran. Fans de disco, vous ne serez pas déçu car il faut rappeler que cette période est noyée par ce style musical et la série ne cesse de nous le rappeler.

THE GET DOWN

Si vous voulez en découvrir un peu plus sur la série je vous conseille de lire cet article des inrocks qui résume parfaitement l’esprit des six premiers épisodes disponibles actuellement sur Netflix. Il va falloir attendre 2017 pour découvrir la suite, une nouvelle bonne raison de laisser passer cet hiver !

NDLR : Avant de lancer le premier épisode, assurez vous de mettre la VO pour profiter pleinement du slang New-Yorkais des années 70 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A Propos de Vito Legname