Quel a été le choc pour moi hier soir, lorsqu’en voulant aller voir It Follows au cinéma j’ai découvert qu’il ne restait plus une place de libre dans le parking du complexe alors que celui-ci contient quatre étages. Et ce n’était que le début de mon incompréhension… Ma peur a redoublé quand j’ai remonté un courant féminin déchainé, digne d’une horde de zombies à la sauce World War Z qui se dirigeait vers la salle où était projeté 50 nuances de Grey

50 shades of Grey, de son titre original, est une saga romanesque d’E. L. James qui raconte l’histoire d’amour entre une jeune diplômée et un homme d’affaire ultra séduisant, ultra riche et ultra déviant. La saga a eu un succès hors du commun avec plus de 100 millions d’exemplaires vendus dans le monde.

Mais alors, pourquoi un tel succès ?

Disons que c’est avant tout un super coup marketing : vous prenez une histoire un peu basique à la Twilight, saga vendue à des millions d’exemplaires, vous y enlevez le coté puritain et ça vous donne un roman d’amour avec un gros potentiel commercial.

Loin d’effrayer les potentiels lecteurs, le côté sado-maso du livre est devenu un véritable argument de vente, comme si le livre était une sorte de revendication de la liberté sexuelle. Résultat : des ventes par camions entiers et un buzz absolument phénoménal.

La vraie question : doit-on aller voir le film ?

C’est là que tout se corse… Le livre n’est pas vraiment un chef d’œuvre littéraire. Il faut avouer que l’histoire est très « gnan gnan » : une jeune femme naïve, réservée et vierge tombe sous le charme d’un homme riche, beau, et puissant. Le côté sado-maso relève à peine le niveau, mais lorsqu’une centaine de pages est nécessaire pour décrire les préliminaires entre Christian et Anastasia, il vous faudra du courage pour ne pas piquer du nez. D’autant plus que le nombre de scènes explicites est à vrai dire plutôt réduit.

 

Ce qu’en disent les autres :

Tout d’abord, commençons par le Rotten Tomatoes : avec un tomatomètre à 30% soit pour le moment 36 critiques positives contre 82 négatives, celui ne nous conseille pas vraiment d’y aller.

SensCritique, quant à lui, lui donne une moyenne de 4.4/10 avec 287 avis. Les critiques lui reprochent un côté trop niais et des scènes trop softs par rapport au livre. En effet, le film est interdit au moins de 12 ans, ce qui signifie que vous pouvez emmener votre petite cousine si elle est née avant 2003 (12 ans, 2003, vous le sentez le coup de vieux ?).

Dernière petite information, 50 nuances de Grey est à l’origine une fanfiction d’E. L. James, c’est-à-dire une histoire écrite par un fan s’inspirant d’une œuvre existante dont il reprend l’univers et les personnages. Cette fanfiction intitulée Master of the Universe relatait l’histoire d’amour entre un vampire et une humaine dont les prénoms n’étaient autres que Bella et Edward. On vous aura prévenu.

2 Comments on "Faut-il aller voir 50 nuances de Grey ?"

  1. Je viens troller par ici :
    Je ne trouve pas le bouton pour m’abonnement au RSS ! #vieuxschnock
    Et j’attend toujours la playlist de la semaine.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A Propos de Vito Legname